UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Laideur de la peinture dite moderne, beauté de la peinture classique, par Gilles Lenormand.

100058400_302005390796401_4299066318298021888_n.jpg

L'entrée du port de Marseille, 1754

 

Claude Joseph Vernet (Avignon 1714 - Paris 1789).

Claude Joseph Vernet est formé dans le Sud Ouest de la France. Il a pour maîtres Louis René Vialy, Philippe Sauvan puis Adrien Manglard.

En 1734, Claude part pour Rome pour y étudier le travail des précédents paysagistes et peintres de la marine comme Le Lorrain, dont on retrouve le style et les sujets dans les tableaux de Vernet.

Il se constitue un solide réseau international à l'occasion de ce voyage, et par la suite à Paris via les salons, l'Académie royale et les loges maçonniques.

90560554_343291929943208_6903200071848820736_n.png

Marine, soleil couchant

 

Il travailla près de vingt ans à Rome, puis rentra en France, où ses envois d'Italie – vues urbaines, paysages habités, tempêtes, clairs de lune, naufrages – l'avaient rendu célèbre, pour se consacrer de 1753 à 1762 à la grande commande officielle de 20 vues des ports de France (15 exécutées, la plupart au musée de la Marine, Paris), œuvres d'un classicisme un peu sec. Il maintint sa veine italienne dans d'autres tableaux, répondant au sentiment préromantique que ses contemporains avaient de la nature.

Les sociabilités cosmopolites que ce réseau suscite lui permettent de déployer ses talents de société pour lancer, délibérément comme le montre son livre de raison, la mode des marines à travers l'Europe, notamment en exploitant habilement le retentissement produit par la plus grande commande royale de peintures du règne de Louis XV : celle, en 1753, de vingt tableaux des ports de France.

99292943_731709227582645_3232950182962266112_n.jpg

Jonas et la baleine

 

Le peintre britannique Gabriel Mathias (1719-1804) fut un client de Joseph Vernet, il acquit de cet artiste plusieurs tableaux, et en acheta pour autrui. Le premier biographe de Vernet, Léon Lagrange le cite : « À côté de ces singuliers personnages, grimace la figure de M. Gabriel Mathias- « peintre anglois » intrépide acheteur des tableaux de Joseph Vernet. Pendant quatre ans, toujours à l'affut, faisant main basse sur les menus tableautins qu'il paye vingt-cinq écus la paire, il procure des commandes, il expédie à Londres, il a toujours en poche quelque ami friand de marines, et, quand, à son tour, il part pour l'Angleterre, il emporte avec une cargaison de peintures, la note des prix courants. À ces procédés, aussi bien qu'à son nom qui ne reconnaîtrait le fils d'Israël, l'inévitable Mardochée ? »

Dès lors, Vernet peut vendre avantageusement ses marines, « au poids de l'or » si l'on en croit Pierre-Jean Mariette. De fait, la liste de ses commanditaires est aussi variée et internationale que prestigieuse ; elle comprend, entre autres figures célèbres, Catherine II de Russie.

99338861_256710762206995_761806363700494336_n.jpg

Le naufrage

 

Ami de l'auteur Bernardin de Saint-Pierre, il l'aurait dissuadé de détruire son manuscrit de Paul et Virginie après l'échec de sa lecture au salon de Suzanne Curchod.

Louis XV lui commande vingt-quatre tableaux de ports de France pour informer de la vie dans les ports . Seuls quinze tableaux seront réalisés, de 1753 à 1765 ( Marseille, Bandol, Toulon, Antibes, Sète, Bordeaux, Bayonne, La Rochelle, Rochefort et Dieppe ) ; certains ports sont représentés plusieurs fois. On avait demandé à Vernet de représenter sur chaque tableau, au premier plan, les activités spécifiques à la région. Ces peintures sont donc de véritables témoignages de la vie dans les ports il y a 250 ans, et font de lui l'un des plus grands peintres de la marine. Ils lui vaudront une reconnaissance, de son vivant, par la plupart des nobles les plus attachés à la marine – ainsi, le marquis de Laborde.

Admirateur de Poussin et du Lorrain dont il reprend les effets de marines au soleil couchant déclinées également au clair de lune, Vernet parvint néanmoins à créer, à force de travail, son propre style.

99372030_587831931864581_7357343943723319296_n.jpg

Entrée du port de Palerme au clair de lune

 

Il représente en général la nature en accordant beaucoup de place au ciel ; il sait aussi animer chaque lieu par des personnages et des scènes de la vie quotidienne.

Son fils Carle Vernet, son petit-fils Horace Vernet et son arrière-petit-fils Émile Vernet-Lecomte furent également peintres. Un peintre anglais, Gabriel Mathias, fut un courtier de Joseph Vernet pour la Grande-Bretagne.

Il a peint plusieurs angles des ports de Marseille et de Bordeaux. Il a peint l'entrée du port de Marseille en 1754, et, en 1758, le port de Bordeaux (une huile sur toile de 2,63 m x 1,65 m, montrant le quartier des Salinières).

Les estampes d'après Vernet sont nombreuses, surtout celles de la série des ports de France qui sont encore très populaires. 

99374864_173084594133087_7602403327250268160_n.jpg

Nuit, scène de côte méditerranéenne avec des pêcheurs et des bâteaux

 

Dans son Salon de 1767, Denis Diderot commente longuement sept tableaux de Vernet à travers un texte connu sous le titre de La Promenade Vernet. Il a imaginé être un personnage des tableaux, mais un personnage mobile, qui se promène dans les paysages, accompagné d’un abbé, de quelques élèves et de leur instituteur. Cette promenade comporte sept sites, qui sont autant de tableaux – dont certains ont disparu. Il est quelquefois difficile de lire des considérations sur la peinture sans voir celles qui les ont inspirées. Les images nous manquent, mais les descriptions sont très précises ; il mêle, aux sensations éprouvées lors des promenades, des considérations philosophiques. Parlant de sa peinture par rapport aux grands maîtres, il déclare : Inférieur à chacun d'eux dans une partie, je les surpasse dans toutes les autres.

Dans La Maison du chat-qui-pelote de Balzac, Monsieur Guillaume, marchand drapier, juge sévèrement cet artiste — et tous les artistes en général — mettant dans le même sac peinture, danse, art dramatique… : Ils sont trop dépensiers pour ne pas être toujours de mauvais sujets. J'ai fourni feu M. Joseph Vernet [Claude-Joseph Vernet], feu M. Lekain, et M. Noverre ). Ah ! Si tu savais combien de tours ils ont joué à ce pauvre monsieur Chevrel ! Ce sont de drôles de corps.

100050038_264000708344752_4551293207673044992_n.jpg

La tempête

 

Dans Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, le Nautilus est décoré de peintures, parmi lesquelles des tableaux de Vernet : Les diverses écoles des maîtres anciens étaient représentées par une madone de Raphaël, une vierge de Léonard de Vinci, une nymphe du Corrège, une femme du Titien, une adoration de Véronèse, une assomption de Murillo, un portrait d’ Holbein, un moine de Vélasquez, un martyr de Ribeira, une kermesse de Rubens, deux paysages flamands de Teniers, trois petits tableaux de genre de Gérard Dow, de Metsu, de Paul Potter, deux toiles de Géricault et de Prud'hon, quelques marines de Backuysen et de Vernet. (chap. IX)

Gérard de Nerval fait aussi référence à Joseph Vernet dans son Voyage en Orient. C'est à propos des impressions suscitées par la beauté, grâce ineffable des cités d'Orient bâties aux bords des mers, qu'intervient la référence à l'artiste : On coudoie avec surprise cette foule bigarrée, qui semble dater de deux siècles, comme si l'esprit remontait les âges […]. Suis-je bien le fils d'un pays grave, d' un siècle en habit noir et qui semble porter le deuil de ceux qui l'ont précédé ? Me voilà transformé moi-même, observant et posant à la fois, figure découpée d'une marine de Joseph Vernet.

100547456_940442856375572_6354350465995505664_n.jpg

La nuit

 

Chateaubriand, dans ses Mémoires d'Outre-tombe, décrit deux marines peintes par Vernet, accrochées au mur de la chambre à coucher d'une ancienne soupirante de Louis XV, offertes par lui. "Madame de Coislin habitait dans son hôtel une chambre s'ouvrant sous la colonnade qui correspond à la colonnade du Garde−Meuble. Deux marines de Vernet, que Louis le Bien−Aimé avait données à la noble dame, étaient accrochées sur une vieille tapisserie de satin verdâtre. Madame de Coislin restait couchée jusqu'à deux heures après midi, dans un grand lit à rideaux également de soie verte, assise et soutenue par des oreillers ; une espèce de coiffe de nuit mal attachée sur sa tête laissait passer ses cheveux gris. (...) Ainsi le temps avait arrangé les jeunes amours de Louis XV."

Dans son court roman Pauline, Alexandre Dumas évoque le peintre. Le narrateur, Alfred de Nerval, contemple avec une terreur pleine de curiosité le spectacle prodigieux de la mer déchaînée par la tempête, spectacle que Vernet voulut voir et regarda inutilement du mât du vaisseau où il s'était fait attacher.

Dans la nouvelle intitulée L'interprète grec d' Arthur Conan Doyle, Sherlock Holmes déclare que sa grand-mère était la sœur de Vernet.

lafautearousseau

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL