UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

THEATRE : Le don d'Adèle, par Thomas Planquert.

95614646_806079923256815_1658641710298693632_n.jpg

Leur nom se trouve lié aux plus grands succès du Boulevard des années 1950/1990. Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy ont fait leurs premières armes en duo avec une pièce intitulée "le don d'Adèle", créée à la Comédie Wagram, aujourd'hui disparue.

A l'époque, ils sont loin d'imaginer le parcours qui les attend.

Ils ignorent aussi que leurs dialogues vont traverser les époques et faire rire plusieurs générations.

La version que vous allez découvrir, tournée voici près de trente-cinq ans, demeure ainsi d'actualité.

Il n'y a pas besoin d'être voyante pour s'en rendre compte. Il suffit de regarder cette pièce...

95606789_239550717363650_4371000801393377280_n.jpg

FICHE

Première représentation au Théâtre Marigny le Samedi 06 Mai 1972.

Dâte de première diffusion TV le Lundi 16 Octobre 1972 (2ème chaîne)

Durée 120 mn. (Couleur)

Une pièce de Georges Feydeau

Mise en scène de Jean Le Poulain

Réalisation de Pierre Sabbagh

Décors de Roger Harth

Costumes de Jacqueline Cormier

Avec : Maria Pacôme (Edmée), Monique Tarbès (Adèle), Jean Marsan (Gaston), Axelle Abbadie (Solange), Hubert Godon (Antoine)...

 96034032_935121723592289_483304642525003776_n.jpg

L'HISTOIRE

Riches bourgeois, Edmée et Gaston ont tout pour être heureux. Leurs deux enfants leur posent bien quelques problèmes, mais leur souci principal est, pour l'heure, de trouver une bonne qui reste plus de quatre jours à leur service.

Survient une nouvelle domestique, Adèle, qui n'est pas ordinaire : elle se prétend voyante, et affirme qu'elle a le "don" et c'est vrai !

Et elle le prouve : ses révélations sur les petits secrets de chacun bouleversent la famille, et son franc-parler désorganise rapidement la vie, jusqu'ici tranquille, d'Edmée et de Gaston.

95621574_237710923956972_5924189605602525184_n.jpg

CRITIQUES

Je crois que la Comédie Wagram a mis la main sur une comédie pour une fois vraiment gaie. (Jacques Lemarchand)

Du bon travail, et qui ne sent pas le travail, il flotte ici une poésie, un air de fraîcheur, une fantaisie sans recherche, comme sans frénésie, qui repose, détend, charme. Grâce à ce "don", l'auteur a évité d'instinct le principal défaut des auteurs comiques : le systématisme. (Marc Beigbeder)

L'irruption dans cet intérieur bourgeois d'Adèle, bonne à tout faire, pourvue du don de double vue, a de quoi dilater les rates les plus rétives. (Jean-Jacques Gautier)

Une pièce sans prétention qui a pris des petits airs d'objet d'art. (Robert Kemp)

Monsieur Barillet crée le rire à partir du néant... Les critiques parisiens, qui sont de joyeux drilles, ont salué cette performance avec des transports de reconnaissance. Vive le vaudeville où Kemp a rigolé ! (Yvan Audouard)

95476654_272893883871272_4205633685640183808_n.jpg

REPLIQUES CULTES

1) Edmée

Ma petite fille, je suis peut-être bonne à rien, mais j'ai quand-même été capable de te faire toi.

Solange

Papa t'as un petit peu aidée.

Edmée

Oh, tu sais...

 

2) Edmée

Qu'est-ce que tu me racontes Gaston ? Antoine n'a pas son bachot ?

Gaston

Tu sais bien que non. Au sixième échec, il a bien fallu en prendre parti.

Edmée

Vraiment Gaston ? Oh bah c'est inouï, j'étais sure qu'il avait son bachot, à force de le dire.

95681341_684072349091507_6577090296054546432_n.jpg

3) Adèle

Pas de chien ?

Edmée

Non.

Adèle

Et ça là, qu'est-ce que c'est dans le panier ? C'est votre grand-mère ?

 

4) Edmée

Mademoiselle, je ne voudrais pas vous ennuyer en vous demandant des certificats, mais...

Adèle

Ah bah, ça tombe bien, j'en ai pas.

Edmée

Mais je m'en passerai !

 

5) Antoine

Oh la la, pardon je ne savais pas que vous étiez vestale.

Adèle

Vestale ? Ca vous regarde ?

95567032_229437431614873_1673685159670448128_n.jpg

6) Adèle

Faut croire que je ne suis pas assez bien pour lui. Pardi, une bonne ! Ca n'a pas servi à grand-chose la prise de la Bastille alors.

Edmée

Elle a un très mauvais esprit, c'est une rouge.

 

7) Adèle

J'appelle la police. Bande de cinglés ! Sales bourgeois ! Sales capitalistes ! Nazis !

 

8) Gaston

Edmée, je te somme de t'expliquer.

Edmée

Mais tu me sommes, tu me sommes, tu me sommes ! Tu m'assommes !

95663156_242327043544478_1235163303622213632_n.jpg

9) Gaston

Je vous demande pardon mais je croyais que c'était Madame.

Adèle

Tu parles d'un compliment !

 

10) Adèle

Il faut que je prévienne Madame qu'aujourd'hui, je prends mon Dimanche.

Edmée

Ah, mais nous sommes mercredi.

Adèle

Oui, bah je vais pas attendre jusqu'à la fin de la semaine.

 

11) Edmée

J'irai me jeter au pied du juge, je lui dirai, je lui dirai... Je vois vraiment pas ce que je pourrai lui dire.

 

12) Adèle

Et bien oui, puisque vous voulez le savoir, oui j'ai passé la nuit avec Monsieur Antoine.

Edmée

Elle ose, elle ose, elle ose le crier à la face d'une mère.

96285049_3073442472722444_2043356624084533248_n.jpg

13) Gaston

Ma pauvre Adèle, j'avoue que je suis fâcheusement surpris, je vous croyais une honnête fille.

Adèle

Et bah oui, on se couche honnête, on se réveille malhonnête.

 

14) Adèle

Un homme, dès qu'il sent qu'il peut plus vous mentir, il se débine.

 

Pour les mordus, voici la pièce dans son intégralité :

lafautearousseau

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL