UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique Alimentaire/Santé : les noyaux et les pépins (nocifs ou inoffensifs), par Bayard.

Les fruits, alliés d’une alimentation saine et équilibrée, peuvent cependant aussi... nous rendre très malade. Certains sont acides, voire toxiques, d'autres totalement incompatibles avec des traitements courants.

Des noyaux toxiques

Nous connaissons tous les nombreuses vertus des fruits pour la santé. On entend en revanche rarement parler de fruits à éviter lorsqu'on est sous traitement médicamenteux, ou encore des règles à respecter pour qu'ils ne nous rendent pas malade.

A tort, car les fruits et légumes comportent de vrais risques.

Parmi les risques méconnus des fruits, il y a d'abord ceux que comportent leurs noyaux. Certaines personnes auront effectivement tendance à croquer un peu, voire beaucoup le noyau de leurs fruits. Elles ne devraient pas...

91981356_231812517929688_8563437349613076480_n.jpg

Les noyaux contenus par exemple dans l’abricot, la pêche, la prune et les cerises peuvent être assez toxiques et mener à un empoisonnement. Il est donc recommandé d’enlever le noyau et de ne surtout pas s’amuser à le sucer.

L’abricot, la prune et la cerise sont au top 3 des fruits les plus dangereux pour la toxicité de leur noyau : ils contiennent naturellement de faibles quantités de cyanure. Or une quantité à haute dose peut être mortelle. Les cerises, qui renferment seulement 3,9 mg de cyanure par gramme de graines, ne sont pas les plus à craindre : les abricots et les prunes, avec des quantités respectives de 14,4 mg/g et 17,5mg/g se classent au rang des fruits les plus dangereux. Amandes amères, reines-claudes, abricots, pêches et mirabelles en contiennent également.

92472291_563700680918558_2453584614271221760_n.jpg

Les noyaux d’abricot et les amandes amères sont vendus dans le commerce et sont aussi utilisés comme exhausteurs de goût, dans les macarons notamment. Les quantités sont très faibles et soumises à un contrôle strict pour s’assurer que le « poison » a été éliminé. Les amandes douces ne contiennent qu’une dose infime de cyanure.

Les cas d'intoxications sont rares. Il faut en effet avaler des noyaux en quantité importante pour risquer un empoisonnement grave.

Autre risque méconnu des fruits : leur acidité. Adeptes du verre de citron pressé le matin, méfiez-vous. Même si ce fruit dispose de nombreuses vertus, il peut avoir un impact négatif sur votre santé.

Il faut faire attention aux doses. En petites quantités, le citron aide à blanchir les dents par exemple, mais, comme tout aliment acide, en grande quantité, il abîme l’émail et favorise ainsi une sensibilité dentaire au chaud et au froid.

Le citron peut également irriter les muqueuses et provoquer des aphtes. L’absorption régulière de citron peut aussi provoquer des brûlures d’estomac. S’il aide à digérer, en trop grande quantité, il peut provoquer des nausées avec des reflux gastro-oesophagiens, et des douleurs abdominales.

91987702_153148806049786_1971413641248899072_n.jpg

Le risque d'empoisonnement existe en cas d’absorption de noyaux en grande quantité. Mais les cas sont rares et il existe un antidote.

Complications cardiaques. Si vous aimez les fruits, veillez à ne pas les dévorer jusqu'au dernier morceau, c'est-à-dire jusqu'au noyau. Cela peut paraître évident mais ce n'est pas forcément le cas d'enfants ou de personnes qui raffolent de produits naturels. Le problème est que lors de la digestion, l'amande du noyau va libérer du cyanure, une substance toxique, qui peut être mortelle à haute dose. Cela va commencer souvent par des ressources abdominales, des maux de tête, des difficultés de conscience, une difficulté pour respirer et cela peut se compliquer par des convulsions et un état de choc cardiovasculaire. Cela peut être mortel, principalement à cause des complications cardiaques.

Antidote. Mais les médecins se veulent rassurants : les cas sont très rares puisqu'il faut avaler des noyaux en forte quantité pour avoir un risque d'empoisonnement. L'Agence européenne de sécurité des aliments a fixé la limite à un noyau pour un adulte à chaque dégustation et un demi pour en enfants, mais les spécialistes le soulignent, on est vraiment dans l'ultra-précaution. Et si cela arrive, la première chose à faire, c'est d'aller aux urgences ou dans un centre antipoison puisqu'un antidote existe.

80802991_471562507078261_5427142463594692608_n.jpg

Les pépins

Les pépins de pomme et de poire, les noyaux d’abricot, et d’autres fruits contiennent de l’acide prussique (cyanure d'hydrogène, différent du cyanure de potassium, le poison bien connu). La toxicité menace lorsque les pépins sont écrasés et mis en contact avec de l’eau, comme lorsqu'on les mâche.

Un quart de gramme de cyanure suffit à entraîner une mort rapide et douloureuse. Toutefois, les doses contenues dans les pépins et les noyaux de fruit sont tellement minimes qu'elles ne présentent pas de danger : la capacité du foie est plus que suffisante pour faire face. Il faut aussi savoir que l'urine des fumeurs contient trois fois plus de produits de dégradation du cyanure (très présent dans la cigarette) que chez les non fumeurs !

Les manuels d’utilisation de certaines centrifugeuses américaines recommandent de vider les fruits de leurs pépins et de leurs noyaux avant de les presser : l'intention ne consiste pas à protéger la santé des consommateurs, mais bien les fabricants contre les menaces de procès.

 

92323473_587910798561815_1626849838387691520_n.jpg



Ceci étant, les pépins et les noyaux de fruits peuvent présenter un risque. Voici quelques années, aux Pays-Bas, l’organisme chargé de l’inspection des grandes surfaces avait mis en garde les consommateurs contre la forte quantité de cyanure contenue dans les amandes amères et certains noyaux d’abricots. Chez un adulte, la consommation de 30 grammes de noyaux d’abricot ou d’amandes amères peut s'avérer mortelle, et les doses dangereuses sont évidemment encore plus faibles chez l'enfant.

Les pépins, ces fameuses graines qui viennent perturber la dégustation de nos savoureux fruits…  Sont-ils bons pour la santé ?

Bien qu’ils ne soient pas goûteux, les pépins regorgent de bienfaits que nous sommes loin d’imaginer.

92231843_710999846373363_4495738961045487616_n.jpg

  • Les pépins de raisins :

Riche en polyphénols et en vitamine E, ces 2 substances possèdent des propriétés antioxydantes qui à terme aident à lutter contre le vieillissement prématuré de notre organisme et à tenir à distance certains cancers. Les antioxydants des raisins permettent également de protéger des infections cardiovasculaires. De plus, ils traitent l’insuffisance veineuse en assurant une meilleure fluidité du sang.

  • Les pépins de pastèques :

Véritable source d’énergie, les pépins de pastèques renferment un total de neuf minéraux et oligo-éléments différents parmi lesquels figure le calcium, le phosphore ou encore le potassium. Ils possèdent également des vitamines C et B, impliquées dans la production d’énergie.

  • Les pépins des pamplemousses :

L’extrait de pépins de pamplemousse est un antiseptique naturel, il aide à soigner rapidement une coupure ou une brûlure en éliminant les microbes responsables d‘éventuelles dégradations.

  • Les pépins de framboises :

Sous forme d’huile, ils contiennent des acides gras essentiels participant au maintien de l’élasticité de la peau. Ils sont d’ailleurs utilisés en cosmétique pour leur capacité à lutter contre les radicaux libres grâce à leur richesse en vitamines E.

  • Les pépins de Grenades :

Des études in vitro ont montré que l’huile de pépins de grenade pressée à froid permettait de réduire le phénomène inflammatoire chronique, responsable de maladies comme le cancer.

Toutefois, tous les pépins ne regorgent pas de vertus bienfaisantes. Tout dépend du fruit concerné. Les pépins de pomme et de poire contiennent du cyanure d’hydrogène, substance qui peut se révéler mortelle…

Il faudrait un bol entier de pépins de pomme pour que cela ne devienne dangereux. Mais les doses de pépins contenues dans les fruits sont tellement minimes qu’elles ne présentent pas de danger : la capacité du foie est plus que suffisante pour y faire face.

92465035_816647672161443_9105414775864557568_n.jpg

lafautearousseau

Commentaires

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL