UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur C News, Eric Zemmour et compagnie : Faut-il un Roi pour gouverner la France ?

(Dédié à Guy de Balanda qui est à l'origine de la "veille" sur les débats de Zemmour proposés par C News...)

Débat intéressant mais brouillon, perturbé par l'interruption due à l'intervention de l'assommant Olivier Véran...

1.  Sur le Roi.

Déjà , il n'y a pas si longtemps, Eric Brunet posait la question : et si on essayait une Royauté constitutionnelle en France ? Zemmour n'y croit pas. Il admet avec le sourire avoir beaucoup d'amis royalistes et même que, philosophiquement, nous n'avons pas tort, mais il ne voit pas le "comment". Pour lui, la République (ou le Régime, ou le Système) est passé de trop d'autorité (les Napoléon) à pas assez (la 4ème); jusqu'à la synthèse gaullienne de monarchie républicaine, qui a fonctionné en gros jusqu'à Mitterand (qui disait "je serai le dernier grand président"). Après c'est une catastrophe, à cause d'abord du quinquennat mais aussi et surtout à la nullité des personnes (Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron).


 

2. Sur l'intervention d'Olivier Véran.

Il abuse du mot "humilité" car les macronistes ont peur des comptes qu'ils vont devoir rendre bientôt. Ils ont fait n'importe quoi et n'ont pas été à la hauteur; ils font donc "de la com.", récitant une leçon bien apprise : ils sont lamentables lorsqu'ils essaient de se défendre en encensant les soignants qu'ils ont envoyé au "casse-pipe" et qui manquent de tout. Véran et les autres savent pertinemment qu'ils vont être accusés avec raison et ils préparent donc le terrain, avec leur hypocrite "humilité" de façade, prévoyant ce qui va leur tomber dessus après la crise : "une boucherie".

3. Un mauvais point à Pierre Manent.

Il nous a infligé un rappel de la renaissance des Jeux Olympiques en 1896 sans citer le jeune journaliste Charles Maurras qui a fait le déplacement exprès pour les "couvrir"...

4. L'attentat islamiste de Romans.

La crise que nous vivons est comme un carré, dont les 3 premiers côtés s'appellent crise financière/crise économique/crise sanitaire et dont le 4ème côté s'appelle crise migratoire. Comme d'habitude, Macron est toujours à contre-temps : il prétend faire la guerre à un virus mais il ne fait pas la guerre aux soldats du Jihad. Le terroriste a crié "Allahu akbar" mais Macron et une certaine presse s'interrogent toujours sur ses motivations ! France Info, qui "se fout de nous", dit qu'il était inquiet. En réalité, Daesh a demandé à ses assassins de profiter du COVID pour frapper les "kouffar" et Belloubet n'a rien trouvé de mieux que de libérer 5000 détenus : "dans quel pays on vit ?" se demande Zemmour, qui dit que l'on ne sait pas où l'on va. Peut-être, dit-il, faudra-t-il se tourner vers l'Armée...

Et pourquoi pas, lui répondons nous, vers... le Roi ?

Il a ainsi la réponse à la question qu'il posait lui-même au début de l'émission en disant qu'il ne voyait pas comment un Roi serait possible : c'est lui-même, Zemmour, qui en montrant la déliquescence du Système, s'apporterait en somme la réponse à sa propre question.

Par deux fois, le système s'est effondré en 1939 et en 1958. Il y a eu Pétain puis De Gaulle. Quand le système s'effondrera demain : qui ? Pour nous, c'est... le Roi !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL