Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA DERNIÈRE PANTHÈRE

Notre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR   

EXTRAITS INÉDITS DU JOURNAL DE PÉRONCEL-HUGOZ, DU MAROC ET D'AILLEURS, ANNÉES 1983-1984 et 2013

2222227622.jpg

Oulmès-les-Thermes, en pays zayan, 3-4 février 2013

Nous nous installons pour 48h dans une « ferme d’étape », vraie ferme (vaches, moutons, volailles, paons, etc.) avec section hôtelière, dans les proches environs d’Oulmès-les-Thermes, en pays berbère zayan. Un lieu encore dominé par les ruines du Domaine Jourdan, du nom d’un fameux colon français, parti depuis un demi-siècle. Il y a là un immense cirque de terres fertiles, plantées notamment de lavande et se déployant à perte de vue, tapissé du velours vert de l’herbe printanière. En arabe marocain, Printemps et Herbe se disent avec le même terme : Rabiha, et c’est aussi un prénom masculin. Pas un arbre en ce site ! En revanche, sur le chemin de Lalla-Haya, « Madame Vie », où jaillit la fameuse source d’Oulmès, bue dans tout le Royaume chérifien, c’est un long défilé de chênes-liège, chênes-verts, oliviers, oléastres, lentisques et Doums ces coriaces palmiers nains aux profondes racines en vrille qui donnèrent tant de fil à retordre à nos colons.

Panthère_neiges.jpgEntre ces arbres et arbustes, jaillissent de gros rochers arrondis, moussus, jadis fief des panthères autochtones qu’hélas exterminèrent des coloniaux français chasseurs.

Notre fermier-hôtelier, né durant la décennie 1940 nous raconte qu’enfant, la nuit, il frissonnait dans son lit en entendant le feulement de la panthère, la dernière sans doute… ■  

Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs.

Écrire un commentaire

Optionnel