Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un vétérinaire éclairé

TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpg

Notre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

 
EXTRAITS DU JOURNAL MAROCAIN 2018 INÉDIT DE PÉRONCEL-HUGOZ 
 
peroncel1.jpgRabat, 20 mars 2018

Déjeuner en face de la gare de Rabat-Ville avec le docteur Jamal Hossaïni-Hilali (photo ci-dessous), un pur Arabe de Salé, vétérinaire formé en anglais en Suède mais maîtrisant la culture française (et arabe cela va de soi). Il est bien sûr nationaliste (quel Marocain ne l’est pas ?…) mais sans hargne contre le Protectorat parce qu’il le connaît bien (contrairement à la plupart de ses compatriotes actuels), au point d’avoir écrit un excellent essai historique (primé en France par l’Académie vétérinaire) sur la fructueuse politique animale de la France en Chérifie. 

francs-tireurs_0_0-2.jpgNous parlons de la récente opération cardiaque du roi Mohamed VI à Paris, de la possible disgrâce de la mère des Enfants royaux, Lalla Selma ; des troubles populaires dans le Rif, à Zagora, à Jérada, etc… Il ne me paraît pas exagérément inquiet. Il l’est davantage pour la « modernisation » de l’agriculture marocaine, de plus en plus soumise aux diktats en matière de pesticides, insecticides et engrais chimiques, diktats venus de Washington, Bruxelles, Barcelone ou Paris… A ce sujet je lui cite cette répartie d’un secrétaire américain à la Santé, il y a quelques lustres, auquel on faisait remarquer que tous ces produits nocifs, sans parler des hormones données aux bêtes de boucherie, auraient des effets désastreux sur la santé des consommateurs : « Peut-être mais ce sera bon pour notre industrie pharmaceutique…» Le cynisme anglo-saxon à l’état pur, du type des deux guerres menées par Londres au XIX° siècle contre la Chine impériale, pour lui imposer son maléfique opium… ■ 

Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs.

Écrire un commentaire

Optionnel