Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Monotone babil touristique

TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpg

Notre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

 
EXTRAITS DU JOURNAL MAROCAIN 2018 INÉDIT DE PÉRONCEL-HUGOZ 
 

PERONCEL 3.jpgRabat, 19 mars 2018

Beaucoup de touristes étrangers aux Oudayas : les vieilles venelles, les jardins clos, l’esplanade océanique, le café surplombant l’embouchure du Bou-Regreg, le « fleuve-miroir ».

Le babil de touristes est partout le même, je l’ai constaté 10 fois du Siam à Rio, des Pyramides à la forteresse des Oudayas : platitudes, ignorance, plaisanteries ineptes etc. Lévi-Strauss détestait à juste titre les touristes. Malheur aux pays qui, comme le Maroc, ont besoin du tourisme (10% du revenu national) ! La seule supériorité de la triste Algérie sur le séduisant Maroc, c’est que la voisine, grâce aux hydrocarbures, légués par le Coq « colonialiste », n’a pas besoin de touristes étrangers chez elle.  ■  (à suivre)

5206490460_7436b9acdb_b.jpg

L’embouchure du Bou-Regreg, le « fleuve-miroir ».

Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs.

Écrire un commentaire

Optionnel