Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’Afrique noire à Mohamédia

TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpg

Notre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

 

EXTRAITS DU JOURNAL MAROCAIN 2018 INÉDIT DE PÉRONCEL-HUGOZ 

IMG - JPEG - Copie - Copie.jpg

Mohamédia, 18 mars 2018

Je retrouve pour quelques heures l’ancienne Fédala, sous une belle ondée, car j’ai quelques petites affaires à régler dans la ville aux 10.000 palmiers - là aussi, merci Lyautey ! (Photo ci-dessous) -, où j’ai été établi de 2005 à 2017. J’y suis frappé par le nombre de jeunes Négro-Africains y accomplissant des tâches subalternes Maréchal_Lyautey_1929.jpg(gardiens ou laveurs d’autos, portefaix, éboueurs, balayeurs de rues, etc, emplois naguère encore réservés aux plus modestes des Marocains). Beaucoup de mendiants noirs également, surtout des femmes chargées d’enfants en bas âge, s’approchant des voitures aux feux rouges ou à l’entrée des magasins. Des commerçants sont excédés : « Laissez le passage, vous faites peur aux clients ! ». Sur la route côtière, au retour, je note même des bergers africains. Ça alors ! J’ai l’impression que les bergers marocains, qu’on voit parfois maintenant fumer, tranquillement allongés sous pins ou mimosas bordant la voie, ont sous-traité à des Africains leur gardiennage de moutons… (à suivre).   

Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs.

Commentaires

  • Bonsoir

    Je confirme, de passage à Casablanca, en ce début d' année, on peut constater ce phénomène

    Cordialement

Écrire un commentaire

Optionnel