Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire de parapluies…

TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpg

Notre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

 

Journal de 1994 - Extraits inédits 

Où on va voir qu’en 1994, les mêmes problèmes qu’en 2018 se posaient déjà en France, sans que rien de sérieux ni de durable ne soit fait pour les résoudre…

 

IMG - JPEG - Copie - Copie.jpg6 mai 1994  

6 mai 1994, inauguration du tunnel sous la Manche par Elizabeth II et François Mitterrand.

Un tunnel que naturellement les voitures particulières ne pourront pas emprunter à cause de ces salopards d’Anglais, qui « au nom de l’Europe » nous ont imposé les aveuglants phares blancs ; « au nom de leur spécificité » leur satanée conduite à gauche va perdurer… Et nous, toujours à la traîne des Anglais depuis l’Entente cordiale, une jolie affaire de dupes dont nous sommes éternellement les perdants… En tous domaines.

La bonne humeur me revient en regardant Sa Majesté britannique donner  - volontairement ou non, peu importe - une leçon de simplicité à la grimaçante et mal fringuée Danielle Mitterrand. Donc, ladite « présidente », à cause de quelques gouttelettes de pluie, est suivie par un fonctionnaire qui l’abrite sous un grand parapluie noir.

LLC9403110022.jpgLa reine, elle, se contente de son chapeau rose puis, comme il bruine un peu plus, quelqu’un de sa suite lui apporte un autre grand parapluie noir qu’elle ouvre elle-même, toute seule et sous lequel elle s’abrite, sans porteur de pépin… Quand la pluie cesse la reine ferme le parapluie et le passe à son mari, le duc d’Edimbourg, sans déranger personne… La mère Mitterrand, elle, qui ne semble pas s’être rendue compte qu’il ne pleut plus, continue d’avancer, suivie de son porte-parapluie tenant le pépin toujours grand ouvert au dessus de « Tatie Danielle » ! • 

Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs.

Écrire un commentaire

Optionnel