Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tourmente politique hivernale

 

Par Péroncel-Hugoz 

TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant en France et au Maroc, pour plusieurs titres, notamment « La Nouvelle Revue d'Histoire » et « le360 ». Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

 

ph - Copie 3.jpgVendredi 18 février 2011

Je doute de plus en plus que le Maroc puisse échapper à cette tourmente politique hivernale (habituellement les peuples arabes font leurs révolutions en été : Egypte 1952, Irak 1958, Libye 1969 etc.) qui ravage l'aire courant de Bahreïn à Alger via Sanaâ, Amman, le Caire, Tunis, Benghazi etc.

Certes, ici au Maroc tous les produits de base viennent de baisser, y compris le butagaz, comme par miracle, mais les grandes plaies restent ouvertes : très bas salaires, bidonvilles, médicaments hors de prix, refus des emplois manuels par le plus petit diplômé, etc.

C'est vrai, la popularité royale reste très élevée et ne désempare pas depuis 12 ans que Mohamed VI règne, les « sujets du bas » réclamant une augmentation des pouvoirs du monarque et non leur limitation, etc. mais le Makhzen n'a pas vraiment utilisé ces données très favorables, par exemple pour obliger le patronat à donner des payes décentes, pour revaloriser financièrement et socialement les métiers manuels, notamment agricoles. Que de temps perdu ! Que d'exemples historiques de souverains adorés puis détestés (Louis XV, Alphonse XIII, Léopold III, Farouk, Mohamed-Réza-Chah, etc) ! Qu'Allah épargne cette disgrâce à Mohamed VI !

France : madame Le Pen et le président Sarkozy se retrouvent sur l' « islamophobie ». Ils ne veulent plus de minarets, de prières publiques, peut-être demain d'égorgement à vif des bêtes de boucherie (mais là, ce sera plus difficile car les israélites ont introduit en France, bien avant l'arrivée de l'Islam, ce viol de la loi nationale...) - et alors les musulmans réagiront sans doute violemment, comme des enfants auxquels on a tout passé jusqu'à la puberté et auxquels brusquement on veut imposer des règles de ponctualité, d'ordre, de travail, etc. - le pire sera alors à craindre.  

Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

Commentaires

  • Des chroniques intéressantes mais jamais d'actualité. Pourquoi ce décalage "marocain" ?

Écrire un commentaire

Optionnel