Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Illogique Union Européenne …

« L'heure est aux barbus » 

 

Par Péroncel-Hugoz 

TRAVAUX DIVERS - Largeur + 2.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant à Casablanca pour le 360,  l'un des principaux titres de la presse francophone en ligne au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

 

IMG - Copie.jpgMercredi 12 janvier 2011, Casablanca

Les rats quittent le navire tunisien... A part la France, surtout le Quai d'Orsay, d'ailleurs, et le colonel Kadhafi, « le fou de Libye » , comme l'appellent les Arabes, tous les pouvoirs étrangers se détournent pudiquement du pauvre Ben-Ali, ce qui en dit long une fois de plus sur l'ingratitude des Etats, ledit Ben-Ali ayant, qu'on le veuille ou non, accompli ce que l'Europe attendait de lui : tenir en respect les islamistes avec un minimum de casse c'est-à-dire le contraire de l'Algérie où ça a débouché sur une meurtrière guerre civile. A cette aune-là, bravo Ben-Ali !

Cependant, l'Union européenne se comporte en total illogisme depuis que l'Islam politique progresse sur son flanc Sud et également sur son propre sol : d'une part, elle ne veut pas entendre parler des «  barbus «  au pouvoir ; d'autre part, elle réclame à cors et à cris l'instauration de la « démocratie » , de la « transparence » , des droits de l'Homme et tout le tremblement, sachant pourtant qu'à peu près partout, en Islam, des élections «  libres » , c'est-à -dire « à l'occidentale » , donneraient un fort nombre de sièges, si ce n'est la majorité, aux islamistes : on l'a vu en Algérie (où le régime « démocratique »  du président Mitterrand avalisa lui‑même l'interruption du processus électoral de 1991 qui risquait d' être un succès pour les barbus) ; à Gaza, où le pouvoir est exercé maintenant par le très islamique Hamas ; au Maroc où malgré les obstacles dressés devant le parti à la Lampe, les islamistes (lesquels sont d'ailleurs, autant qu'on sache, royalistes et réformistes) arrivèrent en tête, quant aux voix, lors des élections législatives de 2007, etc. On le verra partout, à l'avenir, je prends les paris, partout en Islam où auront lieu des élections pluralistes et « libres ». L'heure est aux barbus, aux femmes voilées, au respect public absolu du jeûne ramadanesque, aux restrictions sur. l'alcool, les jeux d'argent etc.

On l'a vu, naturellement, en Turquie avec les islamistes « modérés » d’Erdogan et GuI qui appliquent imperturbablement leur programme, avec le soutien de l'opinion populaire anatolienne, et malgré les cris des occidentalisés, des féministes, des efféminés ; etc. Et également, avec le soutien de l'opinion populaire musulmane, notamment arabe, au Maroc par exemple. Il y a deux ans, 72% des Turcs sondés à ce sujet, ont déclaré qu'ils n'aimeraient pas avoir un voisin buvant de l'alcool. Je ne serais pas étonné qu'on arrive au même pourcentage au Maroc, le cas échéant, malgré le fléau de l'alcoolisme jusqu'au fin fond du bled.

S'agissant de son pays, l'islamologue turque Nilufer Narli opine : « Il y a ici une tendance à criminaliser l'alcool, ça correspond au renforcement de la religiosité ». « Mais, non, madame, ça correspond aux prescriptions de votre religion, depuis qu'elle a été révélée par Mahomet vers l'an 600 de notre ère, prescriptions qui n'ont jamais nulle part en Islam été abolies !... Même les musulmans qui consomment de l'alcool, et Allah sait s'il y'en a, y compris parmi les paysans et les ouvriers, même ces croyants-là, si on leur pose la question, et je l'ai fait maintes fois, se disent favorables à la prohibition... Contradiction ? Oui et non. C'est surtout la réponse d'hommes conscients d'enfreindre un interdit très clair de leur religion auquel, étant croyants, ils restent très attachés, même s'ils le violent en se disant : « Chacun a droit. à un vice. Nous ne sommes pas des anges. Dieu sera indulgent [motasameh]. »   

Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

Écrire un commentaire

Optionnel