Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pour retrouver Thibon

Gustave Thibon au Rassemblement Royaliste de Montmajour [1971] 

 

Pour retrouver Gustave Thibon : Entretien avec Jacques Chancel. Radioscopie - France Inter - 11 janv. 1989 

 

 

823330531.jpgGustave Thibon est très présent sur Lafautearousseau, comme il le fut auprès de nous de diverses façons pendant trois décennies : conférences, débats, discours à Montmajour et aux Baux de Provence lors des rassemblements royalistes, enregistrements, rencontres en Ardèche : de tout cela, il reste des traces fort précieuses et fort utiles. A commencer par ce dîner-débat entre Alain de Benoist et Gustave Thibon, qui fut organisé à Marseille, il y a trente-cinq ans ; passionnant, riche et fraternel, dont un enregistrement vidéo est présent sur ce blog.  

Ce qu'a été le rôle et la place de Gustave Thibon dans l'univers intellectuel, le monde catholique, la sphère politique, même, et la pensée philosophique de son temps et du nôtre, serait un vaste sujet où nous n'entrerons pas ici, mais qui mériterait d'être traité.

Disons simplement que pendant une vingtaine d'années, Thibon a été en quelque façon l'âme et l'esprit des rassemblements royalistes de Provence (Montmajour et Les Baux dans les années 1970 - 1990 ). Il y manifestait son monarchisme enraciné tout autant que sa spiritualité propre, il y apportait réalisme, sagesse et altitude. Il y était attendu, aimé, apprécié et son éloquence rendait perceptible à tous ce que son discours pouvait exprimer de haute philosophie.  LFAR 

Commentaires

  • Pas un mot sur Maurras ni Mistral, ni sur son "confrère" Boutang. Comment l'expliquer ?

  • Tout simplement ce n'est pas venu. Les questions de Chancel n'y prêtaient pas.
    Il me semble bien toutefois qu'il cite Mistral.
    Je ne crois pas avoir jamais entendu Thibon parler de Boutang. L'inverse oui.
    Thibon nourrissait pour Maurras une admiration immense.
    En petit comité comme en conférence, il récitait sans cesse des vers de Maurras avec une sorte de gourmandise qui les faisait aimer.

Écrire un commentaire

Optionnel