Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tous les chiens ne s'appellent pas Kitmir...

L'empereur Dèce ordonnant l'emmurement des Sept Dormants d'Ephèse. D'après un manuscrit du XIVe siècle. 

 

Par Péroncel-Hugoz 

TRAVAUX DIVERS - Largeur + 2.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant à Casablanca pour le 360,  l'un des principaux titres de la presse francophone en ligne au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

 

peroncel1.jpg2009 

Bien que les canidés soient l'espèce animale « impure » par excellence pour les musulmans, leur paradis comporte un chien, et qui plus est un chien ayant un nom : Kitmir. On ne sait si l'Islam qui, pourtant, n'oublie jamais de tenir compte des besoins génesiques propres aux créatures de Dieu, a aussi prévu une chienne-hourie*...

L'élection de Kitmir, lequel a été récompensé par une place au ciel pour avoir fidèlement gardé, sur terre, les Sept Dormants d'Ephèse**, n'a pas amélioré pour autant la réputation des chiens ordinaires qui, en Islam, sont réputés, par leur seule présence dans une maison, en chasser aussitôt les anges gardiens protégeant ou accompagnant les mahométans. 

Un vieux Casablancais, père du psychanalyste Rouchdi Chamcham, nous dit : « Lorsqu'il y a un chien dans un lieu et qu'un musulman y prie, sa prière ne passe pas, ne monte pas vers Allah ».

Un jeune croyant, serveur dans un café de Settat, en Chaouïa, précise lui que « les chiens se sont fait mal voir lorsque l'un d'eux mordit ou tenta de mordre le prophète, le salut et la paix soit sur lui, et puis, de toutes façons, cette variété de bêtes est par définition dégoûtante puisqu'elle est la seule de la Création à manger ses propres excréments...» 

* Créature féminine idéale et jouissive spécialement créée pour les « vrais croyants » admis au Paradis d'Allah...

** Thème chrétien sorti des persécutions anti-chrétiennes de l'empereur romain Dèce, repris par l'Islam. L'orientaliste Louis Massignon créa, au XIXème siècle, le pèlerinage islamo-chrétien de Vieux-Marché, en Bretagne, pour célébrer les Sept Dormants.

Vous pouvez retrouver l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

Commentaires

  • Cela explique le détour que font les femmes voilées dans les rues lorsqu'elles me croisent quand je promène mon chien. Avec le porc il semblerait que la pauvre bête soit aussi victime de racisme. Car il s'agit bien là de " racisme" ,véritable, celui qui sévit entre les races humaines et animales, la première niant à l'autre jusqu'au droit d'exister. Ce que nous appellons à tort "racisme" entre humains n'est qu'un problème éthnique parce que nous sommes de la même race: la race humaine.

Écrire un commentaire

Optionnel