Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les artichauts du président Poutine

Entretien entre le président russe et le roi du Maroc à Casablanca [2006] 

 

Par Péroncel-Hugoz 

TRAVAUX DIVERS - Largeur + 2.jpgNotre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam, et il travaille maintenant à Casablanca pour le 360,  l'un des principaux titres de la presse francophone en ligne au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR    

 

IMG - Copie.jpg2009 

Mustapha, un maçon de la Chaouïa, qui est venu travailler chez moi deux ou trois fois au cours du lustre écoulé, me raconte chaque fois, avec la même inaltérable fierté dans l'oeil, qu'il a participé à des aménagements à la résidence à Rabat de Moulay- Rachid, frère cadet du roi, et deuxième sur la liste de succession, après l'héritier Moulay-Hassan. Chaque fois, je fais comme si je ne savais pas l'honneur ainsi échu au brave maçon et je le félicite.

L'autre fois, c'est un jeune électricien qui a travaillé, lui, durant un mois, au Palis royal de Casa, lors d'une période où sa Majesté chérifienne y a reçu le président russe Vladimir Poutine. Selon l'usage local, les reliefs - considérables - des repas des deux personnalités sont allés ensuite au personnel.

Le Trician  - électricien, en dialecte marocain - me décrit en long et en large la saveur d'un immense tajine de mouton aux artichauts, des « artichauts énormes mais tendres comme de la crème », auxquels les deux chefs d'Etat dîneurs avaient, paraît-il, à peine goûté.

Veinard de Trician ! 

Vous pouvez retrouver l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc.

Écrire un commentaire

Optionnel